26 Décembre 2009

Laissons l’actualité de coté durant les fêtes.

Les billets hebdomadaires reviennent en 2010 dès le 3 Janvier.


19 Décembre 2009

L’Europe n’a pas fait les gros titre per se cette semaine, la conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique à Copenhagen ayant certainement occupée le devant de la scène. Pour autant, l’Union n’est pas restée les bras croisés :

Tout d’abord, cette semaine a marquée la fin de la présidence Suédoise et donc l’heure du bilan de celle-ci.

La présidence Suédoise a très certainement fait du bon travail dans un agenda qui fut assez bouleversé au niveau des institutions : Ces derniers mois ont vu la réélection de J.M. Barroso à la tête de la commission, le vote Irlandais sur le traité de Lisbonne et l’adoption de celui-ci. Bilan positif pour les Suédois donc [1, 2, 3]. A partir de Janvier, et pour une durée de six mois, ce sera l’Espagne qui assurera la présidence du conseil – Le conseil lui même est présidé pour deux ans et demi par H. von Rompuy, sous le régime du traité de Lisbonne, mais le principe de la présidence tournante demeure. L’Espagne a déjà fait savoir qu’elle souhaitait avoir un rôle important durant cette période, même si cette inspiration n’est pas complètement compatible avec la vision du travail du conseil dans le traité de Lisbonne.

En début de semaine, les journaux Francais rapportaient des propos privés de Rachida Dati sur son sentiment par rapport à son travail de député. On a noté que ces propos n’auraient pas du être diffusés. Notons que cette conversation a eu lieu lors de la session de Septembre à Strasbourg a priori, et Mme Dati est toujours présente au parlement. D’autre part, outre l’aspect privé de ces propos, ils ne révèlent pas vraiment de scoop. [lire les billets à ce sujet sur 4]

Parlement de Strasbourg toujours : il y avait session plénière cette semaine. Les députés ont notamment validé le budget 2010 de l’Union (,4 milliards d’euros pour la relance de l’économie et 300 millions d’euros pour le secteur laitier)[5], posé leurs questions à la commission et au président de celle-ci [6], débattu de la situation en Afghanistan, Pakistan, République Démocratique du Congo, et Biélorussie [7], et remis le prix Shakharov à Oleg Orlov, Sergeï Kovalev et Lioudmila Alexeïeva au nom de l’association Memorial. [8]

Le calendrier des Auditions des nouveaux commissaires pour la commission «Barroso II» a été fixé pour fin janvier, ces auditions pourront être suivies en lignes. La nouvelle commission devrait être Up and Running courant Février compte tenu de ce calendrier.[9]

Sur le front économique, la dégradation de la note de la dette Grecque en début de semaine inquiète beaucoup, surtout que cela survient une dizaine de jours après la demande par Dubai d’un moratoire sur sa dette. Les mesures prises par la Grèce ne pourraient pas être suffisantes pour redresser l’état de sa dette ; ce qui pourrait avoir des conséquences sur la valeur de l’Euro(€).[10]

Une controverse a émergée au sujet de la rémunération des fonctionnaires Européens aprés que leur rémunération soit augmentée de 3.7% pour suivre l’inflation ; selon la régle en vigueur. [11]

Mais la pièce de résistance pour l’Europe était sans aucun doute le sommet «COP15» sur le changement climatique. Ce sommet était attendu comme historique… et historique il a été de par le flop retentissant avec lequel il s’est terminé. Entre la Chine refusant que des inspecteurs extérieurs vérifie ses émissions, les Etats-Unis volontaire, mais sans l’appui du congrès, l’Europe qui même en ordre rangé n’a pas pu faire entendre sa voie et se hisser au niveau des USA et de la République Populaire de Chine, la déclaration finale du sommet n’est qu’un constat officiel de ce que tout le monde sait déjà : il faut agir.

Les réactions de déceptions sont nombreuses : [12, 13, 14, 15, 16]. L’Union était pourtant volontaire et souhaitait obtenir un accord légalement contraignant. Il nous reste à espérer que les institutions auront l’intelligence de faire cavalier seul et de se lancer avec les pays qui le souhaitent sur le dur chemin de la préservasion du système écologique : car si l’Europe arrive à être innovante à ce niveau, elle y gagnera en poids sur la scène internationale, elle se fera de nouveaux alliés et elle possédera une avance technologique lorsque les pays comme les USA ou la Chine changerons leur positions.

Je vous invite à consulter, à titre rétrospectif, l’article que j’avais rédigé pour le Taurillon au début du Sommet de Copenhagen [17].

Et enfin, je souhaite à tous les lecteurs de bonnes fêtes de fin d’année.


12 Décembre 2009

L’acualité Européenne a certainement été mise en arrière plan des évènements internationaux durant cette semaine : B. Obama est venu à Oslo recevoir son prix Nobel, et la conférence des Nations Unies sur le changement climatique (cop15) a démarré à Copenhagen. L’Europe n’en a pas moins connue quelques actualités remarquables.

Un pas supplémentaire vers une plus grande régulation du système financier a été effectué lorsque Gordon Brown, soutenu par Nicolas Sarkozy, a proposé de taxer les bonus versés au traders. Cette taxe serait payée non pas par les traders, mais par leur employeurs, et d’aucun arguent qu’elle a plus pour but de remplir les caisses des gouvernements que de réguler les marchés financiers et en éviter les excés. [1]

Les ministres des Affaires étrangères Européens, réunis à Brussel ce mardi, on appelé à ce que Jerusalem soit la capitale partagée des états Israëlien et Palsetinien ; une ambition légérement revue à la baisse car cette déclaration ne fait pas mention de Jerusalem-Est explicitement.[2]

En ce qui concerne la conférence COP15, l’Europe a fait savoir qu’elle est prête à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 30% par rapport aux niveaux de 1990, et offre $10.8 milliards sur trois ans pour aider les pays émergents à lutter contre le changement climatique.[3]

Enfin, les 10 et 11 décembre, s’est tenu le tout premier Conseil Européen sous le régime du traité de Lisbonne. Les chefs de gouvernement qui se félicitaient il y a un mois de l’adoption de ce traiter, sont beaucoup moins enthousiates lorsqu’il s’agit d’en mettre en oeuvre les modifications : le conseil dans sa version Lisbonne ne rassemblent que les chefs de gouvernements, qui ne sont plus accompagnés de ministres.[4,5] D’autre parts, l’Espagne qui assurera la présidence tournante à partir de Janvier, a fait savoir qu’elle souhaitait participer activement aux activité de la présidence du conseil, ce qui est contraire à l’esprit de Lisbonne.[6]


5 Décembre 2009

Cette semaine a été relativement calme au niveau de l’actualité Européenne.

Tout d’abord, quelques réactions Européenne au vote des suisses interdisant la construction de minarets. Les voix se sont élevées pour condamner ce vote, mais quelques personnes posent cependant la question du résultat d’un pareil vote dans d’autres pays d’Europe, ou rappellent  que ces une décision démocratique et donc légitime.

Le président de la Commission Européenne, Mr Barroso, a envoyé à ses commissaires une lettre decrivant leurs mission et compétences dans la commission «Barroso II».

Pendant ce temps, Catherine Ashtone, Haute représentante de l’Union et vice-présidente de facto de la commission s’est présentée devant la commission des affaires étrangères du parlement Européen à Strasbourg .

Le 1er Décembre, le traité de Lisbonne est – enfin – entré en application. Ce fut l’occasion pour ma part de poser la question «A quelle heure s’applique le traité ?» Car en effet, l’Europe est large, et s’étend sur plusieurs zones horaires…

Enfin, Jeudi, Sir Paul McCartney a été reçu par le Parlement Européen, en prévision de la conférence des Nations Unies sur le Climat à Copenhagen qui s’ouvre lundi 7. Il recommande à l’Union de mettre en avant les Meat-free Mondays, c’est a dire, ne pas consommer de viande un jour par semaine. Arguant que 20 à 30 % des émissions de gaz à effet de serre provient de la production agricole, Sir McCarteney insiste sur le fait que freiner le réchauffement climatique est autant l’affaire des individus que des politques.