Semaine du 23 Janvier 2010

Voici le résumé de l’actualité Européenne de la semaine, actualité qui fut dense et variée :

Notons d’abord que la communauté des Euro-bloggers er Euro-twitteurs a acceuillit à la fin de cette semaine Jerzy Buzek, président du Parlement Européen, sur twitter. Vous le trouverez @JerzyBuzek.

Les auditions des commissaires désignés pour la commission Barroso II se sont terminées cette semaine [voir les billets précédents]. Nous retiendrons que R Jeleva s’est retirée pour le poste de Commissaire en charge de la Coopération Internationale, l’aide humanitaire et la gestion des crises ; sa compatriotes Kristalina Georgieva reprend le poste, et sera auditionnée prochainement. Le vote du parlement sur la commission est à présent prévu le 9 février à Strasbourg, et une prise de fonction de la commission le 10 [1]. Les groupes politiques au Parlement se sont réunis ce jeudi et on indiqué qu’ils validaient les 25 candidats encore en course[2], aucune autre surprise ne devrait donc avoir lieu. Chacun essai de tirer les leçons de ces auditions un peu mouvementées : Jerzy Buzek indique que «Le processus démocratique a fonctionné» [3]. L’ensemble des critique s’accorde pour dire que ces remous sont un signe que le Parlement s’affirme et assume son rôle d’interlocuteur de la commission à des niveaux de plus en plus égaux. De plus, ces rebondissement auront réussi à attrirer un peu plus l’attention des médias sur les institutions Européennes, ce qui est toujours bon à prendre. [4,5,6]

La britannique Catherine Ashton, vice présidente de la commission (une fois que celle-ci sera validée par le parlement) et Haute Représentante pour la politique extérieure, a été assez vivement critiquée pour son absence médiatique dans les premiers jours suivant le tremblement de terre à Haïti. Si l’argument de ne pas vouloir retardé les secours pour une photo-op au milieu des débris est tout à fait recevable, beaucoup aurait préféré que Mme Ashton ait une action plus visible, à Brussel, plutôt que de travailler depuis Londres. [7,8,9,10] Mme Ashton avait déjà déçue lors de son auditions parlementaire la semaine dernière. Ce week-end, Mme Ashton été à Washington pour rencontrer la secrétaire d’état Américaine Hillary Clinto.

Le parlement a réélu cette semaine, Nikiforos Diamandouros au poste de médiateur Européen.

Sur le front des nominations toujours, le Luxembourgeois Jean Claude Juncker reçoit un nouveau mandat de deux ans et demi à la tête de l’Eurogroupe.[11]

Pendant ce temps, la banque centrale européenne garde un œil vigilant sur la Grèce dont la dette reste mal notée, malgré l’annonce d’un plan de réforme des finances publiques doit entrer en application dans quelques semaines[12]. La banque centrale a également publiée cette semaine un avis juridique sur la possibilité d’expulsé un pays de la zone Euro. Ce n’est absolument une menace pour la Grèce, mais plutôt un exercice pour l’instant purement académique à la suite de l’adoption du traité de Lisbonne qui prévoit une clause de retrait [13,14].

Toujours dans le domaine économique, et suite à une annonce de B Obama sur un projet de taxe sur les banques [15], l’Europe s’interroge sur la possibilité d’une telle taxe sur le vieux continent [16,17].

Et enfin, une session plénière du parlement se tenait à Strasbourg. Un des grands sujet de discussion y fut l’accord SWIFT d’échange de données bancaires vers les Etats-Unis (à des fins de luttes contre le terrorisme). Les parlementaire réclament un meilleur contrôle de la part de l’Europe de ses données ; et souhaite un délai supplémentaire sur le renouvellement de l’accord, afin de l’étudier dans le détails. [18,19]

Le deuxième gros morceau de la session fut la suite à donner aux accords de Copenhagen. La conférence des Nations Unies sur le changement climatique, en décembre dernier, s’était finie sur un accord très critiqué pour sa faiblesse. Les états signataires étaient à annoncer un objectif de réduction de gaz à effet de serre avant la fin Janvier (sans contraintes cependant). Les eurodéputé appellent à un engagement fort et contraignant à l’avenir ; et souhaitent que l’Union garde l’objectif d’une réduction par 30% d’ici à 2020. [20, 21, 22, 23]

Enfin, les Etats de l’Unions sont encore divisés sur l’utilisation des scanners corporels dans les aéroports. Les Etats Unis réclament ces scanners ; certains pays européens (tels que la France, les Pays-Bas et la Grande Bretagne) vont les mettre en  expérimentation assez rapidement. La présidence Espagnole souhaite dégagée une opinion commune rapidement, la prochaine rencontre EU/USA ayant lieu en Avril prochain. [24,25,26]

Advertisements


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s