Week of February 27

Lire en Francais ici / French version here.

Last week, Europe got itself involved in the death of Mahmud al-Mabhuh, a Hamas member, killed in January in his hotel room [*,*,*]. The European Union is worried by the use of European passports and is waiting for the inquiry, and Israel for explanations[*,*,*]. Though, this incident should not fundamentally change the relations between Israel and the Union.[*]

After the fall of the Dutch government la week, on a disagreement on sending troops in Afghanistan [*], the other member state participating in this NATO operation are questioning their participation: citizen are less and less in favors of this operation [*,*,*].

In matters of neighborhood and enlargement , the European Commission recommended this week to open the adhesion negotiations with Island. Island filled its candidacy for adhesion in July 2009 and integrates already almost 75% of the EU legislation. Negotiations will still be complicated in the matter of fishing for example [*,*,*]. Spain, which holds the turning presidency, wish to open new negotiation chapters with Turkey (candidate since 1987)[*].

The different between Switzerland and Libya, which had already strike on European passports last week [*] knew a new episode this week when Colonel Ghadafi called for jihad against Switzerland. Those less than diplomatic words are quite usual from the Libyan leader, but don’t make easier the work of Europe to solve the passport issue.[*,*]

Four Guantanamo inmates arrived in Europe. The Us government wants to close the Guantanamo Bay prison and expect helps from its European allies.[*]

The diplomatic service of the European Union has a hard time getting set up: the member states and the commission are fighting over nominations, in particular  Joao Vale de Almeida named by José Manuel Barroso as head of the EU delegation to the US. this choice is highly contested, mostly because of the way it has been made. Carl Bildt, Swedish minister for foreign Affairs expressed his disappointment in a letter to High Representative Catherine Ahston. Foreign Affairs, in particular with the US, are a matter where member states want to keep a certain control. [*,*,*]

Mrs Ashton is the object of more and more critics: she is skipping the informal meeting of Defense Ministers and went in Ukraine for the inauguration of President Viktor Yanukovych, elected a few weeks ago. Moreover NATO General secretary Anders Fogh Rasmussen was present at this meeting. Schedule problem, empty chair of lack of interest, the High representative adds a new critic to her board. [*,*]. Read also my reaction to her interview in Time Magazine.

After giving a thumb up to Microsoft and Yahoo last week [*], the commission is attacking Google: accused of  relegating possible concurrent in the results its search engine show to the user[*,*,*]. Google is facing other difficulties in Europe : accusations of privacy violation in Street View[*], condemnation in Italy[*]…

The European commission proposed a ban on international trade of bluefin tuna starting next year[*].

The European Parliament held a mini plenary seesion in Brussel this week[*]. The parliament in particular decided to increase the allowance given to the MEP to allow them to answer to the new missions given to them by the Lisbon Treaty[*] ; They also voted in comity for an extension of maternity leave to 20 weeks[*].

Herman von Rompuy, European council president, came before the Parliament to present the work of the informal council at the beginning of February and explain his view on his job[*]. From this intervention, the remembered moment has been the critics of the euro-skeptic British MEP Nigel Farage who  compared Mr Von Rompuy to a «damp rag». These words have been widely criticized.[*,*,*,*] (Read my comments here)

On the economic front, the situation in Greece get calmer but is still not settled : the Greek citizens are reluctant to apply the austerity measures decided by the government, and go on strike [*,*]. But it seems that the budgetary revenues have been better than expected during January[*].

The American bank Goldman Sachs stays at the center of accusation of operation masking the Greek debt, conflict of interest and speculation fueling doubt on Greece. The Federal Reserve launched an inquiry in Goldman Sachs to determine its responsibilities[*,*,*]

The possible existence of a rescue plan, whose details are kept hidden to force Greece to implement its austerity reforms and to avoid hostile speculation against the plan, helps calming the markets[*,*]. This plan would be 100% European, the Union preferring not to call for the International Monetary Fund[*,*].

But the European markets continue to fall – though at a lower rate as last month. In particular because of the fear the Greek Debt Grade could be lowered again next month.[*,*,*]

Advertisements

Okay Mr Farage, let’s do it !

I will add a small notes to all the ones already written about Nigel Farrage speech in the Parliament this week. I won’t get back on the insulting terms but rather on a few specific remarks the MEP made.

First, N. Farage asks to Herman Von Rompuy

Who voted for you ?

and added

You have no legitimacy in this job at all

True enough, Mr Von Rompuy hasn’t been elected, but chosen by the heads of the member states. You might think it’s not the good way to do it (like I do myself) but it’s everything but not legitimate : that is the way it is supposed to be done, as specified in the treaty of the European Union. So in my point of view, Herman von Rompuy is legitimate.

Also, I personally would like a bit more election in the process, with at least a confirmation vote in the European Parliament. But I am not sure the euro-skeptics would want that at all : an elected President represents the citizen directly and in consequence has much more influence and powers. Not exactly what Mr Farage would actually want.

In his speech, Mr Farage asks for a political Leader of Europe… Well, I want that too, but I’m surprised to hear that from a Euro-skeptic.

So, as I condemned the use of insulting words, it turns out that some ideas in Mr Farage speech are surprisingly quite appealing to me who is more of a euro enthusiast…

I dare you : Let’s do this Mr Farage ! As we say in French Chiche !


Semaine du 27 Février

English version here / Version Anglaise ici.

La semaine dernière, l’Europe se retrouvait impliquée malgré elle dans la mort de Mahmud al-Mabhuh, un membre du Hamas, assassiné dans sa chambre d’hôtel à Dubaï en Janvier [*,*,*]. L’Union Européenne s’inquiète de l’utilisation de passeport Européen et attendent de l’enquête et d’Israël des explication [*,*,*]. Cet incident ne devrait cependant pas modifier fondamentalement les relations entre Israël et l’Union.[*]

Après la chute du gouvernement Néerlandais le weekend dernier suite à un désaccord sur l’envoi de troupes en Afghanistan[*], les autres états membres participants à cette opération de l’OTAN remettent également en question leur participation: les citoyens étant de moins en moins favorables à cette opération[*,*,*].

Dans le domaine du voisinage et de l’élargissement, la commission Européenne a recommandé cette semaine l’ouverture des négociations d’adhésion avec l’Islande. L’Islande a déposé sa demande d’adhésion en juillet 2009 et intègre déjà presque 75% de la législation communautaire. Les négociations vont cependant être difficile dans le domaine de la pêche [*,*,*]. L’Espagne, qui assure la présidence tournante de l’Union souhaite ouvrir de nouveaux chapitres de négociations avec la Turquie (pays candidats depuis 1987)[*].

Le différent entre la Suisse et la Libye qui avait déjà eu pour victime les passeports Européens la semaine dernière[*] a connu un nouvel épisode cette semaine lorsque le Colonel Khadafi a appelé au djihad contre la Suisse. Ces propos, peu diplomatiques, sont coutumier du chef d’état Libyen, mais ne facilitent pas le travail de l’Union pour régler la question des visa Libyens pour les porteur de passeport Européens. [*,*]

Quatre personnes emprisonnées dans la prison de Guantanamo sont arrivés en Europe. Le gouvernement Américain souhaite fermer la prison de Guantanamo et attends pour cela l’aide de ses alliés Européens.[*]

Le service diplomatique de l’Union a des difficultés à se mettre en place: Les états membres et la commission se disputent sur les nominations, en particulier, Joao Vale de Almeida a été nommé par José Manuel Barroso à la tête la délégation auprès des Etats-Unis. Ce choix est fort contesté, surtout dans ses modalités. Carl Bildt, ministre Suédois des affaires étrangères a exprimé sa déception dans une lettre à Mme Catherine Ashton, la ministre des affaires étrangères de l’Europe. Les relations avec l’étranger, en particulier avec les Etats-Unis, sont un terrain où les états membres veulent garder un certain contrôle. [*,*,*]

Mme Ashton fait aussi l’objet de plus en plus de critiques:Elle fait l’impasse sur la réunion informelle des ministres de la défense et s’est rendu en Ukraine pour l’investiture du Président Viktor Yanukovych, élu il y a quelques semaines. De plus que le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen était présent à cette rencontre. Problème d’agenda, chaise vide ou désintérêt, la Haute Représentante ajoute une nouvelle critique à son tableau de chasse. [*,*]. Lire aussi ma réaction à une interview de Mme Ashton dans Time Magazine.

Après avoir donner le feu vert à Microsoft et Yahoo la semaine dernière [*], la commission s’attaque maintenant à Google: accusé de rétrogradé ses concurrent potentiels dans les résultats que son moteur de recherche propose à l’internaute[*,*,*]. Google fait face à d’autre difficulté en Europe: accusation de violation de vie privée dans Street View [*], condamnation en Italie[*].

La commission Européenne a proposé d’interdire le commerce international de Thon Rouge à partir de l’année prochaine [*].

Le parlement Européen siégeait cette semaine en mini plénière à Brussel[*]. Le parlement y a notamment décidé une augmentation des moyens donnés aux eurodéputés pour leur permettre de répondre aux nouvelles missions que leur donne le traité de Lisbonne[*] ; ils ont aussi prononcé en comité pour étendre la durée des congés maternité à 20 semaines[*].

Herman von Rompuy, président stable du conseil Européen, est venu devant le parlement pour présenter les travaux du sommet informel début Février et expliquer sa vision de sa fonction[*]. De cette intervention, il a surtout était retenue les critiques de l’eurodéputé eurosceptique britannique Nigel Farage qui a critiqué Mr Von Rompuy en le comparant à une «serpillière mouillée». Ces propos peu courtois ont été largement critiqués[*,*,*,*] (Lire ma réaction ici)

Sur le front économique, la situation de la Grèce s’est calmée mais n’est toujours pas réglée : Les citoyens Grecques trainent les pieds pour mettre en place le plan d’austérité prévu par le gouvernement et le font savoir par des grèves [*,*]. Cependant, il semblerait que les revenus budgétaires aient été meilleurs que prévu durant le moi de Janvier ce qui est un bon signe[*].

La banque Américaine Godlman Sachs reste au centre des accusations d’opérations masquant la dette grecque, de conflits d’intérêt et de spéculation nourrissant les doutes sur la Grèce. A tel point que la Réserve Fédérale Américaine (la Fed) a lancé une enquête dans les actions de Goldman Sachs pour connaître la responsabilité de cette banque.[*,*,*]

L’existence supposée d’un plan de sauvetage Européen, dont les détails seraient consciencieusement gardés cachés pour forcé la Grèce à faire ses efforts d’austérité, et également pour limiter les attaques hostiles contre les modalités de ce plan, calme peu à peu les marchés[*,*].  Ce plan resterait 100% Européen, l’Union préférant ne pas faire appel au Fond Monétaire International [*,*].

Cependant, les bourses Européennes continuent de chuter – mais à un rythme moins important que le mois dernier. En particulier à cause de la peur que la note de la dette Grecque soit à nouveau rétrogradée le mois prochain. [*,*,*]


En fait Mme Ashton, c’est votre boulot !

See here the English Version / Version en Anglais

Je lisais juste une interview de la Haute Représentante Catherine Ashton pour le Time Magazine, et une phrase m’a particulièrement marquée : – Je ne discuterais pas de l’interview dans son ensemble, mais juste des deux éléments qui m’ont dérangés.

En politique étrangère, il y a des moments où parler d’une seule voix – qui n’est pas forcément la mienne – nous permet de mieux faire face, et de travailler plus efficacement(traduction par votre serviteur)

Je suis d’accord avec la partie une-seule-voix-nous-permet-de-travailler-plus-efficacementMais je suis très surpris par le pas forcément la mienne.

Parce que… Et bien désolé si je me trompe, mais je pensais que justement c’est votre boulot d’être la voix (ou le numéro de téléphone) de l’Europe dans le domaine des relations étrangères… Avouer dans le Time que peut vous importe qu’un autre parle à votre place, ce n’est probablement pas la meilleure façon de faire comprendre au monde entier que l’Europe à désormais une Haute Représentante aux Affaire Extérieures.

De plus, dans sa réponse à la seconde question, Mme Ashton décris son rôle au Conseil des Affaires Extérieures comme celle d’une présidente de séance, qui modère les débats, organise les réunions, …

Qu’elle croit véritablement ou non que c’est cela le travail de la Haute Représentante, c’est une image assez pauvre de la politique extérieure de l’Europe que Mme Ashton donne au monde dans cette interview.


Actually Mrs Ashton, that’s your job !

Lire ici la Version Française / French Version

I was just reading an interview of High Representative Catherine Ashton for the Time Magazine, and one sentence in particular stroke me : – I won’t be discussing the article in a whole, but just a couple of elements.

In foreign policy, there are times when speaking with one voice — and it doesn’t have to be mine — allows us to engage better on issues, and enables us to do things more effectively.

I agree with the one-voice-enable-us-to-do-things-more-effectively part… But I’m really surprised by the “it doesn’t have to be mine” one.

Because… well, sorry if I’m wrong, but I thought it was actually your job to be the only voice (or phone number) of Europe for matter of foreign relations… Confessing in the Time that you don’t really care if it’s your voice or another one is not he best way to get the world to understand Europe now has a High Representative.

In her answer to the second question, HR Ashton also describes her role in the EU’s Foreign Affair Council as a chairman, working on policy ideas… In short: she’s moderating debates, organizing meetings, …

Whether she really believes or not that what’s the job of High Representative is about, it’s a very low idea of Europe’s Foreign Policy she is giving to the world in that interview.


2009: Best-seller Européen

(Ce post a été proposé pour Le Taurillon, ce qui explique sa forme et sa manière différente de mon habitude)


«What a Year !» dirait les anglophones… Quelle année ce fut pour l’Europe en effet. En une douzaine de mois, l’Europe a connu suspens, retournement de situations, coup de théâtre, déceptions, … tout ce que l’on attend d’un bon roman. Rien de mieux pour faire de l’Europe un véritable page-turner1.

Une année riche en bouleversements

L’année 2009 s’était ouverte par un événement Américain :  Barrack Obama prenant ses fonctions à la Maison Blanche, c’est toute l’Union qui s’est mise à espérer d’un partenariat renouvelé avec les Etats-Unis. Cette année devait également être l’année du défi de la crise financière et de la nouvelle régulation des marchés qui était attendue. Puis sont venus les élections au Parlement européens, Jerzy Buzek en a pris la Présidence ; Mr Barroso a été le seul candidat à sa réélection en tant que président de la Commission. Le vote de validation a été repoussé de Juillet à Septembre. L’été se terminait avec la crise du lait. Peut après que Mr Barroso ait été reconduit dans ses fonction, l’Irlande ratifiait par referendum le Traité de Lisbonne ; le président de la République Tchèque suivra peut après. Cela ouvrira la voix aux nominations de Herman von Rompuy et Catherine Ashton aux postes de Président du Conseil et Haute Représentante à la Politique Étrangère, nouvellement créés par le Traité qui est entré en application le 1er Décembre 2009. L’année 2009 se termina dans la déception à Copenhague. Le début de l’année 2010 fut chargé en actualité avec les auditions des commissaires désignés et le retrait de R. Jeleva, les critiques contre Mm Ashton et la crise grandissante de la dette Grecque, qui entraîne dans son sillages les PIGS. Enfin, la nouvelle commission est validée début Février, juste au moment où Barrack Obama boude ouvertement l’Europe en refusant de se rendre au sommet US-EU prévu en Avril.


Loin du Business as usual

Cette année a donc été l’occasion pour l’Europe d’afficher ses dissensions internes, de faire débat, de se montrer en mouvement… Loin du business as usual, cette Europe est plus intéressante que jamais ! Car sans les crises, les surprises, les coups de théâtre, l’Europe reste une institution lointaine, relativement ignorée des grands médias, …

Avec ces accidents de parcours, l’Europe est plus présente dans les médias, est se révèle peu à peu aux citoyens qui apprennent, par l’exemple, de quoi est faites l’Europe et comment elle fonctionne (ou essaye de fonctionner).

Certes, on espérerait que ces turbulences qui rendent l’Europe plus visible sur la scène des actualités portent un regards moins négatif sur Brussel ; mais il faut s’en contenter, en attendant que cette attention supplémentaire sur les institutions Européennes permettent à une véritable politique européenne de se développer dans toute l’Union.

Dans un dissertation sur le thème “L’Europe communicante:l’Union Européenne parvient-elle jusqu’à vous ?”2, Conor Slowey3 rappelle que trop souvent, l’Europe passe par le biais des problématiques nationales, mais que c’est dans les temps d’élections européennes ou de débat sur le traité de Lisbonne que les citoyens sont le mieux informés.

Lorsqu’un accrochage entre un commissaire et un chef d’état à lieu, ou qu’un eurodéputé se fait prendre à une faute grossière de communication, ces anecdotes, sans intérêt politique, sont reprise dans des chroniques humoristiques ou satiriques comme les Guignols de l’info4 ou Le Rewind5, ce qui permet de rappeler à toute une population l’existence des institutions Européennes.


L’exemple d’un citoyen ordinaire

Pour ce qui est de ma propre personne, l’an dernier à la même époque, je n’étais pas plus impliqué dans l’actualité Européenne que la moyenne des citoyens ; certes j’étais attentif à l’actualité européenne dans les médias du grand public, mais cela s’arrêtait là.

Et voilà qu’au cours de l’année passée, je n’ai cessé de porter mon attention plus dans le détail des actualités Européennes, jusqu’à y être branché de façon presque permanente, notamment via des portails internet spécialisés6, ou encore via le web 2.0 avec twitter7 qui me permet de suivre l’actualité de l’Union en direct, et même parfois de donner mon avis. Je blogue chaque weekend un résumé de l’actualité Européenne8. J’en suis même arrivé à rédiger des articles pour le Taurillon9 !

Peut-être que j’aurais put en arriver là sans tous ces rebondissement de l’élection parlementaire à la nomination d’Herman von Rompuy en passant par la réélection de Mr Barroso à la tête de la Commission, pour aller jusqu’à la crise des dettes Nationales dans la zone Euro.

Mais, ce passage continu d’un sujet à un autre de l’actualité Européenne a certainement aidé à rester vigilant sur ce qui se passe à Brussel et Strasbourg.

L’année 2009 se termine en ellipse avec des interrogations et des attentes pour l’Europe. De quoi sera fait le tome 2010 ? À nous, personnages principaux et écrivains de ce livre ouvert d’en décider pour conduire l’Europe à un dénouement heureux.


Ne blamez pas l’Union… pour l’instant

For the English Version, see here / Voir ici la version en Anglais

Dans le Time Magazine de la semaine dernière, je trouve ce verbatim:

Nous ne voulons pas de cela – c’est de la viande en toc.

JAN BERTOFT, De l’association des Consommateurs Suédois, sur l’approbation donnée par l’Union Européenne pour l’utilisation de la thrombine, un produit qui peut coller des morceaux de viandes ensemble pour en faire un seul bloc.

Tout d’abord, je dois dire que, en tant que fin gourmet, je suis tout à fait d’accord avec Monsieur Bertfot : je ne veux pas ce cette viande là dans mon assiette – Ou alors comme ration de survie en cas d’invasion de zombies.

Dans tous les cas, j’ai cherché à savoir plus en détails ce que l’Union Européenne avait à dire sur la thrombine. En combinant intelligemment les mots “Thrombine” et “EU” dans Google, j’ai trouvé cette conclusion par la European Food Safety Authority (Autorité Européenne de Sûreté Alimentaire – Si vous découvrez son existence à l’instant, levez la main avec moi). En substance, un panel scientifique a conclu que «L’utilisation de préparations à base de thrombine ne soulève aucune inquiétude du point de vue de la sécurité » (traduction par votre serviteur).

Donc, la Thrombine est sûre… Nous pouvons en manger, ce qui ne signifie absolument pas que nous devrions en manger. Évidement, et heureusement, l’Union Européenne n’est pas notre mère et ce n’est pas son rôle de nous dire ce qu’il faut manger ou non. Le citoyen est toujours responsable de ce qu’il met à son menu.

Je suis d’accord avec cela ; mais je pense aussi que l’Union a un rôle à jouer dans le domaine de la Santé Publique et le jour ou la viande thrombinisée arrivera sur les étalages, j’espère qu’elle sera tamponnée avec un logo Européen “viande-reconstituée-à-partir-de-morceaux(Encore un nouveau logo Européen à dessiner).

Et j’espère également que des programme Européen pour “bien mangez” rappellerons aux citoyens que ‘ils ne peuvent s’offrir une poule-au-pot chaque Dimanche, ils n’ont pas à se rabattre sur la viande agglomérée.