Feuilleton des déficits

Depuis le dernier billet sur ce sujet, bien des choses se sont passées. Voici donc un nouveau point sur la situation de l’euro et la crise des déficits.

Les marches se sont clamés dans l’après midi du mardi dans l’attente du sommet Européen à Brussel qui s’est ouvert Jeudi. De nombreux indicateurs montré que l’Eurozone se préparait à agir pour les pays en difficulté, notamment la Grèce, sans que la nature de l’action envisagée ne soit connue.

Lors du sommet rassemblant les chefs d’états à Brussel, ont affirmé leur soutient à la Grèce et leur volonté de maintenir la stabilité de la zone Euro”. Le président de l’eurogroupe, Jean Claude Juncker, a écarté le risque de faillite de la Grèce. Les états utilisant l’euro se seraient mis d’accord sur un plan d’aide financière, mais excluent de le mettre en application dans l’immédiat. Pour l’instant, les critères de Maastricht, la tutelle de  la commission Européenne, et de nouveaux engagement de réformes par le gouvernement Grecque sont avancés comme suffisant par le conseil Européen[1,2,3].

C’est donc une première intervention plutôt politique et symbolique, sans doute dans l’espoir de calmer les marché à moindre coup, et aussi pour rappeler à l’ensemble de la zone Euro que les critères de Maastricht doivent être respectés et que cela reste de la responsabilité des états membres de l’union monétaire.[4]

Les déclarations écartent également toute intervention du Fond Monétaire International, l’Europe voulant régler ce problème en interne.

Cette intervention a été beaucoup moins ambitieuse que certains acteur financiers ne l’espéraient et l’euro continue de chuter[5]. Une baisse de l’euro n’était pas à exclure de toute façon, et c’est le cours sur le long terme qui nous dira si la situation revient au calme. Il est donc encore trop tôt pour dire si l’intervention du conseil aura été suffisante.

On peut cependant espérer que les attaques spéculatives contre la zone euro vont perdre en intensité.

La Grèce devrait émettre le mois prochain des obligations, ce sera alors l’occasion de voir comment les marchés réagissent. Il n’est alors pas impossible que d’autres pays de la zone Euro soient les principaux acheteurs ; cela n’aurait rien d’extraordinaire, l’Allemagne et la France possédant déjà  environ 40% de la dette Grecque.

Advertisements

One Comment on “Feuilleton des déficits”

  1. […] des déficits. Les éléments d’informations sur cette crise ont déjà été résumé ici et ici. Depuis la déclaration du conseil de soutient à la Grèce, les marchés sont restés […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s