2009: Best-seller Européen

(Ce post a été proposé pour Le Taurillon, ce qui explique sa forme et sa manière différente de mon habitude)


«What a Year !» dirait les anglophones… Quelle année ce fut pour l’Europe en effet. En une douzaine de mois, l’Europe a connu suspens, retournement de situations, coup de théâtre, déceptions, … tout ce que l’on attend d’un bon roman. Rien de mieux pour faire de l’Europe un véritable page-turner1.

Une année riche en bouleversements

L’année 2009 s’était ouverte par un événement Américain :  Barrack Obama prenant ses fonctions à la Maison Blanche, c’est toute l’Union qui s’est mise à espérer d’un partenariat renouvelé avec les Etats-Unis. Cette année devait également être l’année du défi de la crise financière et de la nouvelle régulation des marchés qui était attendue. Puis sont venus les élections au Parlement européens, Jerzy Buzek en a pris la Présidence ; Mr Barroso a été le seul candidat à sa réélection en tant que président de la Commission. Le vote de validation a été repoussé de Juillet à Septembre. L’été se terminait avec la crise du lait. Peut après que Mr Barroso ait été reconduit dans ses fonction, l’Irlande ratifiait par referendum le Traité de Lisbonne ; le président de la République Tchèque suivra peut après. Cela ouvrira la voix aux nominations de Herman von Rompuy et Catherine Ashton aux postes de Président du Conseil et Haute Représentante à la Politique Étrangère, nouvellement créés par le Traité qui est entré en application le 1er Décembre 2009. L’année 2009 se termina dans la déception à Copenhague. Le début de l’année 2010 fut chargé en actualité avec les auditions des commissaires désignés et le retrait de R. Jeleva, les critiques contre Mm Ashton et la crise grandissante de la dette Grecque, qui entraîne dans son sillages les PIGS. Enfin, la nouvelle commission est validée début Février, juste au moment où Barrack Obama boude ouvertement l’Europe en refusant de se rendre au sommet US-EU prévu en Avril.


Loin du Business as usual

Cette année a donc été l’occasion pour l’Europe d’afficher ses dissensions internes, de faire débat, de se montrer en mouvement… Loin du business as usual, cette Europe est plus intéressante que jamais ! Car sans les crises, les surprises, les coups de théâtre, l’Europe reste une institution lointaine, relativement ignorée des grands médias, …

Avec ces accidents de parcours, l’Europe est plus présente dans les médias, est se révèle peu à peu aux citoyens qui apprennent, par l’exemple, de quoi est faites l’Europe et comment elle fonctionne (ou essaye de fonctionner).

Certes, on espérerait que ces turbulences qui rendent l’Europe plus visible sur la scène des actualités portent un regards moins négatif sur Brussel ; mais il faut s’en contenter, en attendant que cette attention supplémentaire sur les institutions Européennes permettent à une véritable politique européenne de se développer dans toute l’Union.

Dans un dissertation sur le thème “L’Europe communicante:l’Union Européenne parvient-elle jusqu’à vous ?”2, Conor Slowey3 rappelle que trop souvent, l’Europe passe par le biais des problématiques nationales, mais que c’est dans les temps d’élections européennes ou de débat sur le traité de Lisbonne que les citoyens sont le mieux informés.

Lorsqu’un accrochage entre un commissaire et un chef d’état à lieu, ou qu’un eurodéputé se fait prendre à une faute grossière de communication, ces anecdotes, sans intérêt politique, sont reprise dans des chroniques humoristiques ou satiriques comme les Guignols de l’info4 ou Le Rewind5, ce qui permet de rappeler à toute une population l’existence des institutions Européennes.


L’exemple d’un citoyen ordinaire

Pour ce qui est de ma propre personne, l’an dernier à la même époque, je n’étais pas plus impliqué dans l’actualité Européenne que la moyenne des citoyens ; certes j’étais attentif à l’actualité européenne dans les médias du grand public, mais cela s’arrêtait là.

Et voilà qu’au cours de l’année passée, je n’ai cessé de porter mon attention plus dans le détail des actualités Européennes, jusqu’à y être branché de façon presque permanente, notamment via des portails internet spécialisés6, ou encore via le web 2.0 avec twitter7 qui me permet de suivre l’actualité de l’Union en direct, et même parfois de donner mon avis. Je blogue chaque weekend un résumé de l’actualité Européenne8. J’en suis même arrivé à rédiger des articles pour le Taurillon9 !

Peut-être que j’aurais put en arriver là sans tous ces rebondissement de l’élection parlementaire à la nomination d’Herman von Rompuy en passant par la réélection de Mr Barroso à la tête de la Commission, pour aller jusqu’à la crise des dettes Nationales dans la zone Euro.

Mais, ce passage continu d’un sujet à un autre de l’actualité Européenne a certainement aidé à rester vigilant sur ce qui se passe à Brussel et Strasbourg.

L’année 2009 se termine en ellipse avec des interrogations et des attentes pour l’Europe. De quoi sera fait le tome 2010 ? À nous, personnages principaux et écrivains de ce livre ouvert d’en décider pour conduire l’Europe à un dénouement heureux.

Advertisements

2 Comments on “2009: Best-seller Européen”

  1. […] Et puis tous ces dysfonctionnement apparaissent au grand jour et l’Europe est au moins plus transparente (en tout cas plus visible) – ou c’est juste un effet d’optique venant de mon regard plus européen. […]

  2. […] I already pointed, all these crisis have a first good consequence: it makes the EU interesting ! But we have to wonder : it those hiccups a sign of crisis, or just sign that the European Union […]


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s