Si l’eurozone explose que ce soit au moins dans un fracas démocratique

À la surprise du monde entier, le premier Ministre Grec a annoncé aujourd’hui que l’accord sur la dette mise au point il y a une semaine sera soumis à l’approbation des citoyens grecs dans un référendum dans les semaines (ou les mois) à venir. 1,2,3,4

Ce dernier rebondissement dans l’aventure de la crise de l’euro/dette a jeté les marchés dans le doute, une fois de plus, car il y a une chose que les marchés n’aiment vraiment pas, ce sont les surprises.

Les raisons de cette annonce ne sont pas claires… Il y a sans doute une bonne part de politique intérieure Grecque en jeux. Il s’agit d’un pari audacieux et dangereux ; d’autant plus que les possibles gains (continuer le lent et difficile travail de rétablissement en cours dans l’économie grecque) ne contrebalance en rien les risques d’un rejet de la politique du gouvernement Papandreou, ce qui mettrait tout simplement en arrêt l’aide financière de la BCE et du FMI.

Ce n’est un secret pour personne que l’opinion générale Grecque est plutôt hostile aux mesures d’austerité et au contrôle des finances publiques par la Troika. A première vue, le résultat d’un référendum est tout trouvé : “Non”

Mais il n’est pas certain que les citoyens grecs rejetteront les décisions prises par Mr Papandreou. Pour plusieurs raisons: D’abord, les partis politiques Grecs, face à une telle responsabilité chercherons peut être une sortie de crise médiane qui ferait tomber le gouvernement sans remettre en cause l’aide internationale que reçoit la Grèce. De plus, les citoyens Grecs peuvent se convaincre qu’il est plus rassurant d’avoir un gouvernement qui prend des décisions difficiles et impopulaires que de se lancer dans l’inconnu.

Complaining is easier than doing anything.

Une chose est certaine: en cas de “Non”, le gouvernement Grec tombera et l’eurozone sera plus que jamais au bord de la fission spontanée. Et ni le FMI ni l’Union Européenne ne pourront s’opposer à cette décisions prise démocratiquement par les citoyens Grecs.

En attendant, l’incertitude domine, et cela sera peut être suffisant pour amener la zone euro au précipice, avant que le vote Grec ne le fasse.

Le Chaos est aux portes de l’Europe, plus que jamais, le destin est sur le fil du rasoir (cependant ce n’est pas particulièrement nouveau #)

Advertisements


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s