Domain name retirering

After a long agony, it seems impossible that I will pick up this blog again. The content will stay online, but the domain name mapping is expired and the old blog posts will only be available via the url: euweekly.wordpress.com

I will continue to be (somehow) active on twitter @gh_eu and continue to contribute to 27etc.

Thanks


I am sorry, so sorry

As you may know, I left this blog untouched for the last few weeks, even months… I am very very very busy with a lot of work, and though I still keep an eye on all things European, I don’t have the time to translate that into blogposts. But I have much to say and a few projects notes and long articles. I’ll be back as soon as I can to writing…


[Dysfunctioning EU (?)] Intergovernmental Europe

With the current economic crisis and the rise of euro-skeptics political parties, the question of an intergovernmental Europe is gaining momentum: Do we really need all the EU institutions and treaties ? Would not simple inter government agreements be enough ?

Bare minimum

For neighbor states whose economies are linked, a political coordination is needed; whether it is on topics of economy, taxes, employment, immigration, … In this point of view, a formal frame is welcome, but the full complexity of the European Union is not necessary.

But not enough

But it would be a big mistake to consider that enough: the economic, employment, immigrations, … challenges faced by the member states are not so different or so independent  that just a coordination would be a solution solid enough.

We need global solutions. Which implies, it is true, more complex solution that may deprive the states of a part of their independence. But it is the only way to put together real win-win-… (23x win)-win answer to today’s challenges.


[L’Europe cassée (?)] L’Europe intergouvernementale

La crise et la montée des partis politiques à tendances euro-sceptiques, la question d’une Europe intergouvernementale gagne en puissance: Avons-nous vraiment besoin de toutes ces institutions et tous ces traités ? De simples accords intergouvernementaux ne seraient-ils pas suffisant ?

Minimum nécessaire

Pour des états voisins dont les économies sont liées, une coordination des politiques est nécessaire; que ce soit sur des questions économiques, fiscales, d’emplois, d’immigration, … Dans cette optique, un cadre formel est bienvenue, mais il n’est pas nécessaire qu’il soit aussi complexe que l’Union Européenne

Mais pas suffisant

Mais il serait une grave erreur de considérer cela suffisant: les défis économiques, d’emplois, d’immigration, … qui se posent aux pays membre de l’UE ne sont pas si éloignés ni si indépendant qu’une simple solution coordonnée serait suffisante.

Il faut des solutions globales. Ce qui, c’est vrai, implique qu’elles soient plus complexes et aussi privent les états membres d’une partie de leur indépendances. Mais c’est la seule façon de concevoir des réponses win-win-win-…(23 x win)-win.


Parlons d’Europe

En un sens, Nicolas Sarkozy a bien fait de parler de l’Union Européenne le weekend dernier… Depuis lundi, le sujet apparait plus souvent et de façon plus construite dans les médias, etc. Bref, les projecteurs se sont enfin tournés sur l’UE et c’est tant mieux.

Par contre la teneur du discour du président/candidat est complètement à coté de la plaque: mettre la France en opposition avec l’Union est la dernière des imbécilités. La France fait partie intégrante de l’Union, il faut penser à la France dans l’Europe, la France et l’Europe; pas la France contre l’Europe.


L’homme invisible revient

Vous ne l’avez peut être pas remarqué, mais Herman Von Rompuy, le président du conseil Européen, vient d’être discrétement réelu à son poste pour 2 ans et demi []. Un évènement institutionnel qui n’a pas fait parler de lui, comme la plus part de ce qui concerne HVR.

Cela nous donne encore une fois la preuve que les voix forte au Conseil (Markel, Sarkozy, …) préfèrent clairement un conseil à leur botte et dont le président est “effacé”, pour ne pas dire, faible.


Equilibre budgétaire: une occasion de mutualiser les dettes

Le nouveau pacte budgétaire Européen, dont la mise en place est en cours, a pour but de stabiliser la zone euro et éviter toute nouvelle mauvaise surprise à la Grecque. Ce pacte prévoit notamment que les états signataires ne laissent pas filer leur déficit structurel au delà de 0.5% du PIB.

C’est une limite très restrictive, bien plus que les 3% jusqu’ici autorisés par les critères de convergence de Maastricht. Et pourtant il y a un sens à cela: Le déficit des états membres devrait être limité au maximum. Les dettes autre que structurelle (dépenses exceptionnelle, d’investissements, …) devrait être au minimum mutualisées entre états membres, et au mieux contractées par l’UE elle même.

Malheureusement, ceci n’est pas encore au programme et le pacte budgétaire actuel ne propose qu’une limitation des déficits, pas question de dette européenne… Mais il faudra bien y venir un jour.