Le referendum, un outil démocratique délicat.

N. Sarkozy, candidats à la réélection, a récemment proposé de soumettre des problématiques comme l’indemnisation des chômeurs ou l’immigration au vote des citoyens – tout en refusant l’idée de traiter le pacte fiscal européen sous le même régime [*,*,*].

Cette question du référendum est délicate: en effet, rien ne s’oppose à la participation active des citoyens à travers un référendum et nul ne peut s’offusquer que les grandes questions de sociétés soient ainsi résolu. Cependant, la puissance du réferendum implique un maniement délicat.

D’abord parce qu’il ne s’agirait pas de simplement court-circuiter le processus parlementaire normal, mais bien de donner mandat, au nom des citoyens, aux parlementaires pour mettre en place une décision.

De plus, les référendums posent des questions simples, souvent à un problème très complexe. Comme pour les sondages, les questions peuvent être tournée d’une façon déroutante ou avec des sous-entendu qui en modifierait la perception. De même, le résultat du référendum, dans sa simplicité, pourrait être utilisé par le gouvernement comme un mandat pour de profonde réforme, sans qu’elles soient explicitement mentionnées dans la question posée.

Enfin, l’expression démocratique dans le référendum, si elle doit être interrogé régulièrement, devrait s’accompagnait d’un profond changement du rythme politique, avec par exemples, deux référendum par ans, à dates fixes, déterminant ainsi les saisons politiques. De même, il serait important d’inciter le citoyen à s’exprimer, voire même faire du vote un devoir (comme c’est le cas en Belgique); afin que les réponses soient vraiment l’expression du peuple.

Advertisements

L’homme invisible revient

Vous ne l’avez peut être pas remarqué, mais Herman Von Rompuy, le président du conseil Européen, vient d’être discrétement réelu à son poste pour 2 ans et demi []. Un évènement institutionnel qui n’a pas fait parler de lui, comme la plus part de ce qui concerne HVR.

Cela nous donne encore une fois la preuve que les voix forte au Conseil (Markel, Sarkozy, …) préfèrent clairement un conseil à leur botte et dont le président est “effacé”, pour ne pas dire, faible.


Contact your MEP

During the last euro-apéro, one point of discussion was to know how citizens could have their voices heard in the european debates.

There are several means: blogs, twitter, debates, … But one that is rather rarely considered in Europe (at least in France) but is more used in the US is to  “contact your congressman“, or «contact your MEP».

The MEPs are the only ones, in the EU institutions, to be directly elected by the citizen on a European mandate. However, there are not much opportunities for citizens to talk to them, in particular outside the “specialist” population.

But, it is possible to contact the MEPs in your country or region and to let them know what you think of the state of the European Union or the projects of legislation discussed in the european parliament.

To contact your MEPs, find their contact info here.


Contactez-vos Eurodéputés

Lors du dernier euro-apéro, un des points de discussion fut de savoir comment les citoyens peuvent faire entendre leur voix dans les débats européens.

Les moyens sont nombreux: blogs, débats politiques, … Mais un qui est rarement considéré ici en Europe (tout du moins en France), et pourtant qui est très courant outre-atlantique est “contact your congressman“, ou plutôt «contact your MEP».

Les eurodéputés sont les seuls, dans les institutions européennes à être élus directement par les citoyens sur un mandat européen. Cependant, les occasions de contact entre citoyens et euro-députés sont assez rares, en particulier dès que l’on sort des milieux spécialisés.

Néanmoins, il n’est pas interdit de contacter les euro-députés de votre circonscription et de leur faire savoir le fond de notre pensée sur l’états de l’Union Européenne et les projets de loi débattus au parlement.

Pour contacter vos euro-députés, il suffit de rechercher leurs coordonnées ici.


[2012 Budget] To come: conciliation

The European parliament vote on the 2012 budget is coming up, the Parliament committee in charge of budget changed the Council proposition heavily, to restore the increase put froward by the Commission.

This difference between Parliament and Council will trigger the negotiation phase called Conciliation, the aim of which being to smooth the differences out between the two budget and find common ground to get a budget for the Union. This procedure is described in the Treaty on the Functioning of the European Union, title II, chapter 2, article 314.

Here comes a summary of the procedure:

When the European Parliament vote amendments to the budget drafted by the Council:

  • The council can accept the changes. The budget is adopted.
  • Or, a conciliation committee is called to find a common position. The Commission plays the role of mediator during the negotiations.
The conciliation Committee has 21 days to make a proposal.
    • If the Council and Parliament accept this proposal, the budget is adopted.
    • If at least one of the two institutions reject the proposal, the Commission must present a new draft budget.
    • If the Parliament reject the conciliation proposal and confirm its changes with a majority of at least 3/5th, those are adopted.
It is the Parliament president who declare the budget adopted.
If the Conciliation Committee fails to propose a new budget, the Commission must present a new draft.

If no budget has been adopted when the year starts, credits are renewed monthly with an amount of one twelfth of the previous budget ; all overdraft asked by the Commission must be accepted by the Council and validated by the Parliament.


Transparency and right to information in the European Union

(Version Francaise)

An eurobarometer study published last February tells us that most of the EU citizens consider themselves poorly informed on European issues. Oups…

And yet, EU institutions are doing all they can so that what’s happening in Brussels get to the citizens. In fact, transparency is mandatory and Commission, Council and Parliament must submit to it.

Europe, just a click away

Thanks to the internet, you can access a large number of document and publication by the european institutions.

First, via their websites: Council, Commission, Parliament. Then, the EU is offering a series of portals and webpages where you can find what you’re looking for :

independent websites also try to monitor what’s going on in Brussels and Strasbourg:

And of course, blogs and specialized news sites are here for you. I refer you to BloggingPortal, where you will find everything you need.

It is your right

If all the previously mentioned resources are not enough and you are still in search of a specifi document, don’t give up yet. Indeed, as a European Citizen you have the right to access any documents from the institutions.

This right is clearly states in the Treaty of the Functionning of the European Union (TFEU), article 15th (ex-art. 255 of the TEC for those that still did not moved to Lisbon) and implemented in the regulation 1049/2001, which ensure the access to all documents, publish or not-published (internal notes, preparatory documents, correspondences, …) to the citizen that ask for it. You don’t even have to know the exact reference of the document you are looking for: if you can precisely identify it, the institution has to give you a copy in 15 business days. Important thing: a protected (i.e. ‘secret’) document might be published if the public interest is greater than the interest of keeping it hidden.

A website exists to help you thru the procedure of searching and asking for a document.

Note from the author : I did not have the opportunity so far to ask for a document as part of my blogging work. Be sure that if I have to go thru the procedure one day, I’ll tell you all about it.

An access right to be renewed

Since 2007 and the publishing of a green paper on this topic, the Commission wants to revise the current regulation in order to take into account the jurisprudence accumulated since 2001 and implement the last developments in term of transparency.

Following the consultation in 2007, the Commission suggested in April 2008 amendments on the regulation 1049/2001 to integrate the access to environment information (so far regulated by 1367/2006) and apply the Århus convention, to ensure the protection of personal data when publishing documents, reinforce and ease document access by lengthening the delays for heavy or complex requests

The Parliament approved those suggestions in March 2009, but without formally adopting them. The Council rejected 26 of the amendments, arguing the modification were going too far.

Nothing moved until March 23rd, 2011, when the Commission suggested a minimal revision that will extend the 2001 regulation to all the institutions and create a unique framework for document access.

The Parliament recently called for more transparency in the institutions.


Transparence et droit à l’information dans l’Union Européenne

(English Version)

Un sondage eurobaromètre publié en février dernier nous apprend que la grande majorité des citoyens de l’UE se sentent mal informés sur la question Européenne. Oups…

Et pourtant les institutions européennes font tout pour que ce qui s’y passe parviennent aux citoyens. En fait la transparence est une obligation à laquelle doivent se plier Commission, Conseil et Parlement.

L’Europe à portée de click

Grâce à internet, vous pouvez déjà avoir accès à de très nombreux documents et publications des institutions européennes.

D’abord au travers des sites internet des dîtes institutions : Conseil, Commission, Parlement. Ensuite, l’UE vous propose toute une série de portails et pages où vous trouverez votre bonheur :

Des sites indépendants des institutions tentent également de vous en dire plus sur ce qui se passe à Brussels et Strasbourg :

Et bien évidemment, les blogs et sites d’information spécialisés sont là pour décortiquer l’actualité européenne. Je vous renvois juste sur BloggingPortal, vous y trouverez votre bonheur.

C’est votre droit

Si toutes ces ressources ne vous suffisent pas et que vous êtes toujours à la recherche d’une information, ne baisser pas les bras. En effet, tout citoyen Européen a le droit d’accéder aux documents des institutions.

Ce droit est écrit noir sur blanc dans le Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) à l’article 15 (anciennement art. 255 du TCE pour ceux qui ne seraient pas encore passés à Lisbonne) et mis en œuvre par le règlement 1049/2001 garantit l’accès aux documents publiés et non-publiés (notes internes, documents préparatoires, correspondances, …) aux citoyens qui en font la demande. Vous n’avez même pas à connaître la référence exacte du document que vous recherchait : si vous pouvez l’identifier suffisamment précisément, l’institution devra vous en fournir une copie sous 15 jours (ouvrables). Détail important : un document protégé (i.e. Censé rester secret) peut être publié si l’intérêt du public est plus grand que l’intérêt de garder ce document caché.

Un site internet existe pour vous guider à travers la procédure de recherche et de demande de document.

Note de l’auteur : Je n’ai jusqu’à présent pas eu à demander l’accès à des documents pour le besoin de mes activités de bloggeur. Soyez certain que le jour où cela arrivera je vous en ferais le récit détaillé.

Un droit d’accès en cours de renouvellement

Depuis 2007 et la publication d’un livre vert à ce sujet, la Commission cherche à renouveler le règlement en valeur afin de prendre en compte la jurisprudence accumulée depuis 2011 et implémenter les derniers développements en matières de transparence.

Suite à la consultation de 2007, la Commission a proposé en Avril 2008 d’amender le règlement 1049/2001 afin d’y intégrer l’accès aux informations environnementales (jusqu’ici dépendant du règlement 1367/2006) et l’application de la convention d’Århus, assurer la protection des données à caractères personnelles lors de la publication de documents, renforcer la transparence et faciliter la mise à disposition des documents en prolongeant les délais de réponses pour les demandes volumineuses ou complexes.

Le parlement avait approuvé ces propositions en Mars 2009, mais sans les adopter formellement. Le conseil a rejeté 26 des amendements proposés, arguants que les modifications allaient trop loin.

Rien n’a bougé jusqu’au 23 mars 2011 lorsque la commission propose une révision a minima qui étendra le règlement de 2001 à toutes les institutions afin de créer un cadre unique pour la publication de documents.

De son côté le Parlement a récemment lancé un appel à plus de transparence dans les institutions.