[Follow-up] Chargeurs universels

Au début de l’année, j’ai parlé du nouveau Un chargeur pour tous le chargeur universel pour téléphone.

J’avais en particulier précisé que “Il est également extrêmement important que les téléphones portables utilisant ces chargeurs ne soient pas systématiquement vendus avec un chargeur“.

J’ai pu mettre cela à l’essai cet été: j’ai remplacé mon smartphone vieillissant pour un nouveau modèle, fabriqué par un des producteurs signataires de la convention sur ce chargeur universel. Dans la boite de ce nouveau téléphone, j’ai trouvé un chargeur correspondant aux spécifications du chargeur universel. Et universel il l’est vraiment puisqu’avec, je peux charger mon téléphone, mon lecteur d’ebooks, le blackberry de ma copine, … des appareils pour lesquels je possède déjà des chargeurs.

L’initiative a pour but de réduire les déchets électroniques, dans mon expérience, c’est raté.

Advertisements

[Follow-up] Universal chargers

At the beginning of the year, I reported on the new One charger for all universal cell phone charger project.

I did point the fact that “It is also extremely important that cell phones using this universal charger will not be sold with the charger anymore.

I recently did put that to the test : during the summer, I replaced my old smartphone by a new one, made by one of the signatories of the convention. In the box with the new phone was a charger matching the specifications of the universal charger. And a truly universal one, with it I can charge my ebook reader, my girlfriend’s blackberry, … all devices for wich I already have a charger.

The initiative aim is to reduce electronic waste, clearly, in my case, that has failed !


[Dysfunctioning EU (?)] Is the Euro at the origin of the crisis ?

No:

The financial crisis started some years ago, in the USA, where complex financial products created a real estate bubble fueled by irresponsibly easy credit. The burst of the bubble did weaken the banks and the consequences are still felt today.

Also, No because the crisis exists almost everywhere : not only in the eurozone country, but also in the UK, USA, Japan, …

The Euro is a complicating factor:

The euro must accommodate 17 national economies under a single monetary policy, that is a complication because national economies do not have the flexibility they would have if they had the control of the currency (typically, operations like quantitative easing  are dealt with at the European level). It’s the problem of One Size Fits All.

A solid anchor:

The euro zone, if it lacks some flexibility, has the advantage of being a large economic zone, and overall, relatively stable. If there are sensitive points, it is still a massive economic actor that nobody really wants to see explodes.


[L’Europe cassée (?)] L’Euro est-il à l’origine de la crise ?

Non:

La crise financière a commencée il y a plusieurs années déjà, aux USA où des produits financiers complexes ont créés une bulle immobilière alimentée par le un crédit irresponsablement facile. L’éclatement de cette bulle a affaibli les institutions bancaires et les conséquences s’en font toujours sentir.

Non également car la crise existe partout: pas seulement dans les pays de la zone euro, mais également en Grande Bretagne, aux USA, au Japon, …

L’euro est une complication :

L’euro devant accommoder 17 économies nationale différentes sous une seule politique monétaire est une complication dans le sens où les économies nationales n’ont pas la flexibilité que leur offrirait le contrôle de la monnaie. (Typiquement, des opération de quantitative easing  sont gérées au niveau Européen). C’est le problème du One Size Fits All.

Un ancrage solide :

La zone euro, si elle a des problèmes de souplesse, présente l’avantage d’être une zone économique large et, dans son ensemble, relativement solide. Si elle présente des points sensibles, elle n’en reste pas moins un poids économique au niveau mondial que personne ne veut vraiment voir éclater.


[Dysfunctioning EU (?)] A Europe of technocrats

Are the European Institutions in the hands of technocrats ? And is it good ?

To the word:

(french) dictionary tells us that a technocrat practices politics on the ground of it technical abilities. The technic being a method, a way of doing things.

In short, if we take the word technocrat to its value, it is not necessary a bad thing, since the technocrat is doing politics using method, a guarantee of efficiency usually.

The reality:

In real life, one seldom thinks about an expert technician guiding the EU with savoir-faire when speaking about technocrat. The term is used in a derogatory way to criticize the technicians who, without being elected, take decisions without consulting the citizens.

And it is true: the president of the Council or the ECB are not elected and have a rather technical work, rather that a political one.

Politic or Technic ?

The politics can lead to gridlock at the european level: just look at the Euro crisis situation to convince yourself. The ECB technicians don’t have free hands to devise solutions and have to fiddle hard and inefficient compromises.

But not being elected, the technician does not report on his decisions and is not responsible  in front of the citizen ; which keeps the Union away from the citizen.


[L’Europe cassée (?)] Une Europe de technocrates

Les  institutions européennes sont elles aux mains des technocrates ? Et est-ce une bonne chose ?

Au mot:

Le dictionnaire nous précise qu’un technocrate exerce un pouvoir politique en faisant valoir ses compétences techniques. La technique étant une méthode, une manière de faire.

Bref, si nous prenons technocrate au mot, ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose (nous reviendrons sur ce détails plus tard) puisque le technocrate s’exerce au politique en s’appuyant sur de la méthode ; un gage d’efficacité d’habitude.

La realité:

La réalité, c’est qu’on pense rarement à un technicien compétent guidant l’UE avec savoir-faire lorsque l’on parle de technocrates. Ce terme est utilisé de façon péjorative pour critiquer les techniciens qui, sans être élus, prennent des décisions technique sans consulter les citoyens.

Et c’est vrai, le président du Conseil ou de la BCE ne sont pas élus et font un travail de technicien plus qu’un travail de politique.

La politique ou la technique ?

La politique peut conduire à des impasses au niveau européen: il suffit pour s’en convaincre de regarder la crise qui traverse l’euro. Les techniciens de la BCE n’ont pas les mains libres et doivent tricoter des compromis difficile et pas toujours efficaces.

Mais n’étant pas élus, le technicien ne s’explique pas devant les citoyens, et n’est pas responsable devant eux, ce qui éloigne l’Europe technique du citoyen.


[L’Europe cassée (?)] Des officiels non-élus

L’UE ne fonctionnerait pas correctement.. Vrai ? Si Oui, pourquoi ?

Une des nombreuses critiques addréssées à l’Union Européenne est que les officiels de l’Union ne sont pas élus, d’où un déficit démocratique dans les institutions. Est-ce vraiment le cas ?

Oui :

En effet, plusieurs personnes tenant des positions importantes dans les institutions de l’UE ne sont pas élues : Le président du Conseil (Herman von Rompuy), la Haute Représentative aux Affaires Extérieures (Cathy Ahston), le président de la BCE (J.C. Trichet), et dans une moindre mesure le président de la Commissions (J.M. Barroso) sont désignés, derrière portes closes, par les chefs d’états et de gourvernement.

Cependant :

Cette situation est déjà largement critiquée par d’autres acteurs du monde Européen : beaucoup demande des candidatures pour ces postes dans le cadre des élections parlementaire, une communication sur tout le territoire de l’UE des groupes politiques sur ces sujets, et un plus grand contrôle du Parlement Européen dans ces nominations. Déjà, le Parlement  valide la composition de la Commission Européenne.

De plus, souvenons nous que le Parlement Européen et les membres du conseil son élus dans leurs pays – de façon directe ou non, selon les états membres – par les citoyens.

Pour résumer: L’Union Européenne pourrait en effet être plus démocratique, mais ce n’est pas non plus la dictature des tyrans non-élus que certains prétendent qu’elle est.