Il faut rendre à César…

Il y a, dans le monde politique, des hommes et des femmes, dont le travail pour la promotion européenne est mal compris et sous-estimé. Des personnes qui quelque soit l’actualité ou la thématique n’hésitent pas à rappeler le rôle fondamental de l’Union Européenne dans la vie des citoyens.

Je parle bien sûr des Euro-sceptiques. Oui, ce sont ces J.L. Mélanchon, ces N. Dupont-Aignan et autre M. Le Pen qui nous rappellent quotidiennement que l’Europe est présente dans nos vie. Certes, c’est parce que, de leur point de vue, l’Union est responsable de tous nos malheurs: chômage, immigration, crise financière, inflation, réchauffement climatique, embouteillages, Justin Biebers, … C’est la faute à l’Union.

Au contraire, le gouvernement en place a une certaine tendance à oublier l’Europe, ou tout du moins à souhaiter ne pas trop la secouer (quitte à ne pas lui donner les moyens de son ambition).

Alors kudos aux euro-sceptiques qui ont au moins le mérite de mettre l’Europe partout.

Advertisements

The delicate exercise of the European Budget

(Version Francaise)

The adoption last year of a European budget was not an easy task, the member states, following the lead trio M-C-S (Merkel-Cameron-Sarkozy), refused any significan increase. Since austerity was on the menu un member states, the union too would have to tight its belt. Who cares if the EU budget is just a fraction of the member states’, it does not matter than a euro spent at the european level is worth more than a euro spent at the national level (according to Mr Barroso) [*]; and no matter that 94% of this money gets back quasi-directly to the citizens [*]. The budget was finally accepted, unwillingly by the Parliament, with just a 2.9% increase [*].

If you’re a fan of budget negotiations, don’t worry, it’s starting again. The Commission just presented its budget draft for 2012, with a 4.9% increase in spending and +3.7% in engagement – and a freeze of administrative spending. A budget turned towards citizens, aimed at stimulating growth and taking into account the ambient austerity, according to the Commission [*].

The council will give its opinion (that we imagine to be fairly negative) on this draft  in June, then the Parliament after the summer recess. Like last year, we can expect an opposition between the two institutions.

We can note that, at the beginning of April, the American Congress almost shutdown the US government, due to a failure to find an deal on the budget, agreement has been reached just hours before the dealdline. Will the EU manage to put all the european institutions to an halt ? The 2012 budget will certainly be the best opportunity to try.

In the following months, I’ll try to follow up on the budget topic by exploring changes between 2011 and 2012 and the positions of the institutions.


Transparency and right to information in the European Union

(Version Francaise)

An eurobarometer study published last February tells us that most of the EU citizens consider themselves poorly informed on European issues. Oups…

And yet, EU institutions are doing all they can so that what’s happening in Brussels get to the citizens. In fact, transparency is mandatory and Commission, Council and Parliament must submit to it.

Europe, just a click away

Thanks to the internet, you can access a large number of document and publication by the european institutions.

First, via their websites: Council, Commission, Parliament. Then, the EU is offering a series of portals and webpages where you can find what you’re looking for :

independent websites also try to monitor what’s going on in Brussels and Strasbourg:

And of course, blogs and specialized news sites are here for you. I refer you to BloggingPortal, where you will find everything you need.

It is your right

If all the previously mentioned resources are not enough and you are still in search of a specifi document, don’t give up yet. Indeed, as a European Citizen you have the right to access any documents from the institutions.

This right is clearly states in the Treaty of the Functionning of the European Union (TFEU), article 15th (ex-art. 255 of the TEC for those that still did not moved to Lisbon) and implemented in the regulation 1049/2001, which ensure the access to all documents, publish or not-published (internal notes, preparatory documents, correspondences, …) to the citizen that ask for it. You don’t even have to know the exact reference of the document you are looking for: if you can precisely identify it, the institution has to give you a copy in 15 business days. Important thing: a protected (i.e. ‘secret’) document might be published if the public interest is greater than the interest of keeping it hidden.

A website exists to help you thru the procedure of searching and asking for a document.

Note from the author : I did not have the opportunity so far to ask for a document as part of my blogging work. Be sure that if I have to go thru the procedure one day, I’ll tell you all about it.

An access right to be renewed

Since 2007 and the publishing of a green paper on this topic, the Commission wants to revise the current regulation in order to take into account the jurisprudence accumulated since 2001 and implement the last developments in term of transparency.

Following the consultation in 2007, the Commission suggested in April 2008 amendments on the regulation 1049/2001 to integrate the access to environment information (so far regulated by 1367/2006) and apply the Århus convention, to ensure the protection of personal data when publishing documents, reinforce and ease document access by lengthening the delays for heavy or complex requests

The Parliament approved those suggestions in March 2009, but without formally adopting them. The Council rejected 26 of the amendments, arguing the modification were going too far.

Nothing moved until March 23rd, 2011, when the Commission suggested a minimal revision that will extend the 2001 regulation to all the institutions and create a unique framework for document access.

The Parliament recently called for more transparency in the institutions.


Transparence et droit à l’information dans l’Union Européenne

(English Version)

Un sondage eurobaromètre publié en février dernier nous apprend que la grande majorité des citoyens de l’UE se sentent mal informés sur la question Européenne. Oups…

Et pourtant les institutions européennes font tout pour que ce qui s’y passe parviennent aux citoyens. En fait la transparence est une obligation à laquelle doivent se plier Commission, Conseil et Parlement.

L’Europe à portée de click

Grâce à internet, vous pouvez déjà avoir accès à de très nombreux documents et publications des institutions européennes.

D’abord au travers des sites internet des dîtes institutions : Conseil, Commission, Parlement. Ensuite, l’UE vous propose toute une série de portails et pages où vous trouverez votre bonheur :

Des sites indépendants des institutions tentent également de vous en dire plus sur ce qui se passe à Brussels et Strasbourg :

Et bien évidemment, les blogs et sites d’information spécialisés sont là pour décortiquer l’actualité européenne. Je vous renvois juste sur BloggingPortal, vous y trouverez votre bonheur.

C’est votre droit

Si toutes ces ressources ne vous suffisent pas et que vous êtes toujours à la recherche d’une information, ne baisser pas les bras. En effet, tout citoyen Européen a le droit d’accéder aux documents des institutions.

Ce droit est écrit noir sur blanc dans le Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE) à l’article 15 (anciennement art. 255 du TCE pour ceux qui ne seraient pas encore passés à Lisbonne) et mis en œuvre par le règlement 1049/2001 garantit l’accès aux documents publiés et non-publiés (notes internes, documents préparatoires, correspondances, …) aux citoyens qui en font la demande. Vous n’avez même pas à connaître la référence exacte du document que vous recherchait : si vous pouvez l’identifier suffisamment précisément, l’institution devra vous en fournir une copie sous 15 jours (ouvrables). Détail important : un document protégé (i.e. Censé rester secret) peut être publié si l’intérêt du public est plus grand que l’intérêt de garder ce document caché.

Un site internet existe pour vous guider à travers la procédure de recherche et de demande de document.

Note de l’auteur : Je n’ai jusqu’à présent pas eu à demander l’accès à des documents pour le besoin de mes activités de bloggeur. Soyez certain que le jour où cela arrivera je vous en ferais le récit détaillé.

Un droit d’accès en cours de renouvellement

Depuis 2007 et la publication d’un livre vert à ce sujet, la Commission cherche à renouveler le règlement en valeur afin de prendre en compte la jurisprudence accumulée depuis 2011 et implémenter les derniers développements en matières de transparence.

Suite à la consultation de 2007, la Commission a proposé en Avril 2008 d’amender le règlement 1049/2001 afin d’y intégrer l’accès aux informations environnementales (jusqu’ici dépendant du règlement 1367/2006) et l’application de la convention d’Århus, assurer la protection des données à caractères personnelles lors de la publication de documents, renforcer la transparence et faciliter la mise à disposition des documents en prolongeant les délais de réponses pour les demandes volumineuses ou complexes.

Le parlement avait approuvé ces propositions en Mars 2009, mais sans les adopter formellement. Le conseil a rejeté 26 des amendements proposés, arguants que les modifications allaient trop loin.

Rien n’a bougé jusqu’au 23 mars 2011 lorsque la commission propose une révision a minima qui étendra le règlement de 2001 à toutes les institutions afin de créer un cadre unique pour la publication de documents.

De son côté le Parlement a récemment lancé un appel à plus de transparence dans les institutions.


Le délicat exercice du budget Européen

L’adoption d’un budget pour l’Union Européenne l’année dernière n’a pas été de tout repos, les états-membres, menés par le triplet M-C-S (Merkel-Cameron-Sarkozy), ont refusé toute augmentation significative de celui-ci. Puisque l’austérité règne dans les pays membres, l’Europe aussi devra se serrer la ceinture, et tant pis si le budget de l’Union représente juste une fraction de celui des états-membres, peut importe même qu’«un euro dépensé au niveau européen (produise) plus qu’un euro dépensé au niveau national» d’après Mr Barroso [*]; et qui se soucie du fait que 94% de cette somme retourne quasi-directement aux citoyens [*]. Le budget avait finalement été accepté, à regret par le Parlement, avec une augmentation de juste 2.9% [*].

Que les fans de négociations budgétaires se rassurent, c’est repartit pour un tour : La commission a présenté un projet de budget, avec une augmentation de 4.9% des dépenses et 3.7% des engagements – et un gel des dépenses administratives. Un budget tourné vers les citoyens, qui veut stimuler la croissance et tenir compte de l’austérité ambiante, dis la Commission [*].

Le Conseil donnera son avis (qu’on imagine déjà peu enthousiaste) en Juin, puis le Parlement à la rentrée. Comme l’année dernière on peut s’attendre à une forte opposition entre ces deux institutions…

Notons que début Avril, le congrès Américain a faillit fermer le gouvernement fédéral US par faute d’un accord sur le budget, accord qui a finalement été trouvé de justesse (environ 2 heures avant la limite je crois). L’Union Européenne pourra-t-elle faire mieux et aller jusqu’à une halte totale des institutions ? Le budget 2012 sera certainement une bonne opportunité pour tenter cette expérience.

Durant les mois qui viennent, je tenterais de suivre sur le thème du budget 2012 en explorant les changements entre les budgets 2011 et 2012 et les positions des institutions.


L’euro: ca va mieux

Il y a juste une année, l’euro était frappé par la crise grecque qui s’est développée pour devenir une crise panoramique de l’Irlande au Portugal…

L’eurozone est loin de s’être relevée de cette crise qui est devenue une crise du système et nécessite de profonds sacrifices pour la résoudre, que ce soit au niveau des finances ou de la souveraineté des états-membres qui vont devoir accepter un quasi-fédéralisme économique s’ils veulent garder une monnaie unique. Il n’empêche, l’euro va mieux. L’année dernière, il m’arrivait parfois de m’endormir en me demandant si le lendemain à mon réveil l’euro existerait encore, ou au moins s’il n’allait pas chuter à des valeurs extrêmement faibles face  au dollars. Je me consolais en me disant qu’au moins je pourrais un jour me vanter d’avoir vécu les derniers jours de l’euro.

Rien de cela n’est arrivé et si l’euro est toujours en terrain miné, sa disparition ne fait plus l’objet de mes cauchemars. Contre l’avis de tous ceux qui il y a un an prophétisait la disparition à court terme de la monnaie unique, celle-ci s’est maintenu, au moins jusqu’à présent. Espérons que dans une année nous pourrons regarder encore vers le passé et être encore plus soulagé.


Ironie européenne

Et si la meilleure preuve de l’existence d’une unité européenne était les eurosceptiques ?

Les élections législatives ou autres qui ont eu lieu ces derniers temps dans l’Union Européenne ont été marquées par une montée des partis populiste et/ou anti-européen. Le dernier exemple en date étant le score de 17% des “Vrais Finlandais” aux élection législatives de la mi-avril.

A un an des élections présidentielles en France, les slogans anti-européens montent également, notamment (mais pas seulement) au Front Nationale emmené par M. Le Pen.

Morne perspective pour l’Union Européenne qui est de plus en plus menacée d’être détricoté afin d’apaiser les électeurs devant qui est agité le spectre d’une Europe source de problème pour justement arrivé à ce résultat là.

Mais au delà de cette triste perspective, notons avec intérêt que c’est au travers de l’UE un seul et même sentiment qui monte de concert. C’est un sentiment commun comme nous n’en voyons que trop rarement dans l’Union…

Je souris de l’ironie de cette unité dans le rejet de l’Union.